DSCF6724_edited.jpg

Je ne suis pas transgenre,

encore moins travesti.

Je suis un pantin,

une chimère, libre et insolente

qui peut être

toutes les identités

HEN*(que l’on peut prononcer Heune) est un pronom suédois non genré, entré dans le dictionnaire en 2015. Il est notamment utilisé dans des manuels scolaires expérimentant une pédagogie moins discriminant

210108_RdL_0077_edited.jpg

 HEN est le nom d’un personnage hybride qui se métamorphose et joue des images masculines et féminines avec sarcasme et insolence au gré de ses envies.

Figure marionnettique manipulée par deux acteurs, HEN est plein de vie, exubérant, diva enragée et virile à talons qui s’exprime en chantant l’amour, l’espoir, les corps, la sexualité avec beaucoup de liberté. 

A l’heure d’une recherche d’identité ou d’une volonté de tout définir, HEN est un personnage hors-norme qui ne cherche justement pas à être défini, normé. Il est comme cela, multiple, transformable.

HEN se raconte par mutations à travers un récit musical écrit sous impulsions avec insolence, ironie et au travers de chansons originales pour la plupart qui puisent librement leurs sources dans le cabaret berlinois ou dans la scène performative queer actuelle.

Ce projet fait écho sans doute à une communauté discriminée et à des combats anciens, malheureusement toujours à réinvestir politiquement et artistiquement.  

210108_RdL_0545_edited.png

Cette création est le fruit d’une recherche sous forme de laboratoires sur les questions d’identités et de genre confrontée à une recherche sur les origines d’un théâtre de marionnettes subversif. 

 

La marionnette a une histoire complexe et passionnante dans son rapport à la subversion. Si elle a parfois subi la censure, elle a aussi été manipulée au service de l’évangélisation, en tant que marionnette partisane en temps de guerre (à travers notamment l’exemple de la Guerre d’Espagne), marionnette au service d’un appareil d’état (outil de propagande soviétique en Pologne) ou encore vecteur de discours identitaires du colonialisme.

Mais, selon les pays, la marionnette a aussi été une prothèse masquée permettant de lever le poing vers une forme d’engagement. Le montreur-manipulateur était caché dans le castelet, et pouvait assumer des propos politiques, engagés socialement ou à caractère érotique. Traité souvent avec humour, ce théâtre forain parfois présenté en rue ou dans les cafés était une façon de dénoncer et d’amuser, de railler la bourgeoisie, le propriétaire, les forces de l’ordre, la mort.

HEN à reçu le prix spécial du syndicat national de la critique en 2019

unnamed.jpg
210108_RdL_0108_edited.jpg
210108_RdL_0504_edited.jpg
210108_RdL_0659_edited.png
Crédit photos : Christophe Raynaud-Delage